Retour sur le Café du Monde (3 mai 2016) – Pierre Lemonde du CORIM

C’est mardi soir dernier, dans l’ambiance conviviale du Quartier de l’Innovation, qu’avait lieu une autre édition des Cafés du Monde. Le concept de ces soirées est fort simple; un invité qui se démarque par sa passion et sa réussite dans un domaine lié à l’international vient nous parler de son parcours et prendre quelques questions autour d’un café.

Pour cette occasion, plus d’une vingtaine de participants se sont réunis en compagnie de M. Pierre Lemonde, président et directeur-général du CORIM, qui accepta généreusement de s’ouvrir sur sa carrière, ses inspirations, ses expériences et sa vision quant à plusieurs enjeux mondiaux.

Café du Monde CORIM CIMtl

Prédestiné à l’international

Originaire de Québec, c’est très tôt que M. Lemonde nous dit se découvrir un vif intérêt pour l’international et les autres peuples. Très jeune, il fréquente avec ses parents l’Exposition universelle de Montréal en 1967 et il s’éprend de la bande dessinée Tintin qui le fait voyager un peu partout dans le monde, une passion qui se tourne progressivement vers la lecture de diverses publications à caractère international comme le Nouvel Observateur, l’Express, Time, ou encore The Economist. Au fil du temps, cette curiosité pour tout ce qui touche à l’international guidera plusieurs de ses choix personnels, notamment son choix de s’établir à Montréal, en raison de son caractère multiethnique et multiculturel, son attractivité internationale, ses organisations internationales, etc. Parallèlement, il voyage beaucoup, sa grande passion, nous révélant au passage avoir visité plus de 130 pays à ce jour.

Son parcours académique et professionnel démontre un cheminement qui n’est pas clairement défini dès le départ. Après avoir commencé son droit à l’Université Laval, il quitte Québec pour Montréal et réalise un baccalauréat et une maîtrise en psychologie à l’Université de Montréal, puis des études de doctorat (DEA) en psychanalyse à l’Université de Paris. À son retour de Paris, il entreprend une carrière en recherche de cadres et de professionnels et réalise un certificat en gestion des ressources humaines à l’Université McGill. Parallèlement à tout ça, des amis lui demandent de s’impliquer dans la Société de droit international économique du Canada (SDIE), dont il devient rapidement Vice-président et Éditeur du Bulletin de la SDIE. C’est l’époque de l’Accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique (ALENA) et il trouve au sein de cette organisation sa vocation intellectuelle et professionnelle. Fait à noter le président du conseil d’administration de la SDIE est le professeur Louis Sabourin, fondateur du CORIM en 1985, qui l’incite à réaliser un diplôme de 2e cycle en administration internationale à l’ENAP, ce qu’il fait tout en continuant à travailler comme chasseur de têtes. Une foi son diplôme de l’ENAP obtenu, il décide par la suite de se mettre à son propre compte comme chasseur de têtes et entreprend ses études de droit à l’Université de Montréal. Deux ans plus tard, il est recruté à titre de Directeur de Samson Bélair Deloitte & Touche International où il offre des services-conseil en gestion, planification stratégique et droit commercial international auprès d’entreprises privées et d’institutions publiques et parapubliques. Après avoir terminé son Barreau, il se lance dans l’édition d’une publication sur l’économie internationale, la revue World Economic Affairs distribuée au Canada, aux États-Unis, en Europe et même au Japon, et dont il sera le Président et Éditeur pendant cinq ans.

À travers ce parcours, l’un des points dont il souligne l’importance à maintes reprises lors de la soirée : trouvez ce que vous aimez puis foncez, quitte à le faire bénévolement au départ, comme il l’a fait lui-même avec la SDIE. Une fois que vous avez trouvé ce que vous aimez, n’hésitez pas à aller à la rencontre de ceux qui brillent dans le secteur que vous avez choisi. Cette façon de faire peut paraître une simple évidence, tellement on l’entend partout dans le discours populaire, mais c’est en fait la clé. Faire ce que l’on aime représente la meilleure façon de rester enthousiaste et motivé dans le travail et dans la pratique d’un métier.

Pierre Lemonde CIMtl

L’aventure au CORIM

Le CORIM a célébré son 30e anniversaire à l’automne dernier. Il s’agit aujourd’hui d’une institution-phare à Montréal, mais il n’en fût pas toujours ainsi. C’est à ce titre Président et Éditeur de la revue World Economic Affairs que M. Lemonde a d’abord approché le CORIM, parce qu’il souhaitait publié certaines de leurs conférences qu’il jugeait fort intéressantes. Les administrateurs du CORIM lui laissent savoir qu’ils sont à la recherche d’un directeur général et il décide de faire le saut. Il occupe ce poste pendant quelques années puis est recruté à titre de Vice-président international par les Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ), poste qu’il occupe pendant deux ans. Les administrateurs du  CORIM reviennent le chercher en 2004 pour devenir le Président-directeur général de l’organisme et il accepte leur offre. Au départ, il doit relever l’organisation qui n’en mène pas large. Suite à un simple courriel envoyé sans trop d’attentes à un contact, il apprend que le premier événement qu’il aura à mettre sur pied sera une conférence sur la politique étrangère et le rôle dans le monde du Canada donnée par nul autre que le Premier Ministre du Canada, M. Paul Martin. Avec seulement trois semaines pour tout mettre en place, les risques étaient élevés mais calculés, en raison notamment de toute l’effervescence et l’attention médiatique entourant la présence d’un tel invité. M. Lemonde réussit à livrer la marchandise et ce succès lui permet d’amorcer une nouvelle ère pour le CORIM. The rest is history, comme on dit. Aujourd’hui, le CORIM est devenu une tribune incontournable à Montréal, notamment pour tout ce qui touche les affaires internationales. L’organisation est en excellente santé financière et offre à chaque année le Prix du CORIM qui consiste en une bourse de 20 000 $ remise à un(e) étudiant(e) de 3e cycle en relations internationales dans une université montréalaise afin de l’aider à réaliser un stage à l’étranger.

Enjeux mondiaux

M. Lemonde a ensuite présenté sa vision des enjeux mondiaux de l’heure. Il regroupe ces enjeux sous trois grandes catégories: la situation géopolitique, l’économie mondiale et l’environnement. Point de vue géopolitique, il souligne que la fin du monde bipolaire et l’après-Guerre Froide est aujourd’hui caractérisé par la présence grandissante des pays émergents, notamment à travers une organisation comme le G 20. Cela dit, les États-Unis sont et demeureront, à son avis, la puissance dominante tant au niveau politique, militaire, économique et culturel à court et moyen terme. Il mentionne également la problématique contemporaine où les États sont souverains et demeurent les maîtres du jeu politique, alors que nous vivons dans un monde dans lequel les problèmes sont de plus en plus mondiaux, bref qu’il existe un sérieux problème de gouvernance mondiale. Pour ce qui est de l’économie mondiale, il croit que les bienfaits de la mondialisation et du libre-échange ont été démontrés et ont permis de sortir de la pauvreté une part importante de la population mondiale. Il reconnait que de fortes inégalités existent, même dans nos sociétés développées, et que des crises économiques et financières surviendront encore, le fait est que la situation économique de la communauté mondiale est bien meilleure qu’avant la mondialisation des échanges commerciaux. Finalement, côté environnemental, les changements climatiques sont le plus grand défi auquel notre génération et les suivantes doivent faire face. Bien que la signature d’ententes comme la COP-21 représente une excellente nouvelle et est animée de réelles bonnes intentions, il n’en demeure pas moins que le caractère non-contraignant de ces ententes rend leur application sujette au bon vouloir des pays signataires : la problématique de gouvernance mondiale à laquelle il référait un peu plus tôt. Il importe donc aux leaders politiques, au monde des affaires et à la société civile de prendre les choses en main, de se rallier autour du projet commun de sauver la planète des conséquences environnementales de l’activité humaine et M. Lemonde croit qu’en investissant massivement dans les technologies propres et l’économie verte at large, celle-ci pourra relancer l’économie mondiale.

Discussions et prises de questions suivirent jusqu’à 21h. M. Lemonde réitéra l’importance de s’investir dans un milieu qui nous passionne, de se constituer un bon réseau de contacts et d’utiliser tous les outils à notre portée pour ce faire. N’ayez pas peur de vous immiscer partout, de parler aux gens, de cogner aux portes. Les organisations comme le CORIM et Connexion internationale de Montréal permettent exactement ce genre d’interactions pour ceux et celles qui sont passionnés d’affaires internationales. À vous d’en tirer profit!

Café du Monde Quartier de l'Innovation

Merci à nouveau à nos partenaires, Café Liégeois et le Quartier l’Innovation, pour leur accueil chaleureux lors de cette soirée.